Produits durables: à quels labels se fier

Produits durables: à quels labels se fier? Produits durables: à quels labels se fier?

Consommer des produits durables est louable, mais il est difficile de faire son choix parmi la multitude de labels, auxquels on ne sait pas toujours si on peut se fier. Voici de quoi y voir plus clair.

A la base, les labels sont une bonne idée: ils doivent permettre d’indiquer les caractéristiques d’un produit et ses conditions de production et ainsi aider le consommateur à décider s’il veut l’acheter ou pas. 

Le problème, c’est qu’à l’heure actuelle, il n’y a presque plus d’aliments sans label. On en compte plus de 30 rien que pour les produits laitiers. De quoi créer plus de confusion que de clarté. Les logos des aliments régionaux en sont un exemple. Ils mettent l’accent sur les producteurs locaux, mais n’indiquent pas si la production est respectueuse de l’environnement ou des animaux, même si la couleur verte de certains logos le laisse parfois penser.

Se renseigner soi-même

Pour s’y retrouver, il faut chercher soi-même davantage d’informations. Les évaluations des organisations environnementales et de protection des consommateurs rendent la tâche plus simple (voir liste ci-dessous). Il est ainsi plus facile de voir quels sont les points forts de chaque label et quels labels apportent vraiment une plus-value, par exemple en ce qui concerne les conditions de travail, la diversité ou l’élevage. 

Attention toutefois: «Les labels alimentaires ne sont pas la panacée», déclare Corina Gyssler du WWF Suisse. Les personnes qui, par exemple, consomment du poisson tous les jours ou toutes les semaines contribuent à la surexploitation des mers même si elles achètent des produits labellisés. A cela s’ajoute le fait que les labels concernant les poissons ne sont pas au-delà de tout soupçon. Si les labels «Aquaculture Stewardship Council» (ASC) et «Marine Stewardship Council» (MSC) sont considérés acceptables, le label «Friend of Sea» s’en tire nettement moins bien.

Classement: ces labels désignent des produits durables

La Fondation suisse pour la pratique environnementale (Pusch), le WWF, Helvetas et la Fondation alémanique pour la protection des consommateurs ont évalué 31 labels alimentaires. Ils se sont notamment penchés sur des critères tels que l’environnement (eau, sols, climat, biodiversité), les aspects sociaux, le bien-être animal, la gestion, les processus et les contrôles. Un certain nombre de labels ont obtenu la mention «Excellent» ou «Vivement recommandé» et se distinguent des autres. Tous les guides d’achat peuvent être consultés sur www.labelinfo.ch et www.wwf.ch/foodlabels et sont également disponibles sur papier ou via une application.

Catégorie «Excellent»

Le Bourgeon Bio: L’un des labels les plus connus. Dans tous les domaines et groupes de produits, il a reçu des résultats supérieurs à la moyenne. 

Bio Natur Plus (Manor): Désigne des produits élaborés conformément aux directives Bio Suisse. Les exigences sont en de nombreux points plus strictes que les dispositions légales pour l’agriculture biologique. On évite autant que possible les produits importés. 

Naturaplan (Coop): Label pour les produits suisses et étrangers élaborés conformément aux directives Bio Suisse. Là encore, les exigences sont en de nombreux points plus strictes que les dispositions légales.

KAGfreiland: Label désignant de la viande et des œufs suisses produits de manière biologique et respectueuse des animaux. Parmi les labels notés, c’est le label le plus strict concernant le bien-être animal. 

Natura-Beef Bio: Label désignant de la viande de bœuf suisse provenant d’élevage allaitants. Les exploitations respectent les directives Bio Suisse et ont des exigences strictes en matière d’élevage.

Bio Weide-Beef (Migros): Désigne également une viande de bœuf biologique provenant d’un élevage respectueux des animaux et produite conformément aux directives Bio Suisse. En matière de bien-être animal, le label dépasse les exigences de Bio Suisse. Les bœufs peuvent évoluer en plein air toute l’année.

Delinat: Vins suisses et étrangers certifiés bio. Outre des aspects écologiques, les directives ont aussi des aspects sociaux.

Catégorie «Vivement recommandé»

Bio Organic (Lidl): Légumes, fruits et produits du Sud produits conformément aux directives Bio Suisse. Pour les importations, les exigences plus souples de l’ordonnance bio de l’UE sont en vigueur. 

Fidelio: Désigne de la viande suisse bio produite dans le respect du bien-être des animaux. Ces derniers évoluent quotidiennement en plein air et sont élevés en groupes (sauf les bœufs).

Demeter: Label pour des aliments issus de l’agriculture biodynamique. En Suisse, les exploitations agricoles doivent en outre être certifiées par Bio Suisse. Pour les produits importés, les exigences sont moins strictes. 

Claro fair trade: Vente de produits provenant d’environ 200 coopératives de petits paysans, conformément aux directives Fairtrade. De plus, environ 75% de l’assortiment est certifié selon l’ordonnance bio de l’UE.

Migros Bio: Aliments produits en Suisse selon les directives Bio Suisse. Pour les importations, les règles de l’UE, moins strictes, sont en vigueur. Il existe toutefois des conditions supplémentaires, comme une interdiction des transports par avion.

Max Havelaar: Label connu pour désigner des produits des pays du Sud issus du commerce équitable. Les exigences sociales sont élevées, mais les exigences environnementales sont plutôt faibles. Le label Max Havelaar Cocoa désigne un ingrédient issu du commerce équitable comme le cacao.

Naturland: L’équivalent allemand de Bio Suisse. Les exigences sociales concernant les produits du Sud et l’aquaculture sont élevées, mais la question des transports par avion n’est pas clairement réglée. 

Que voulez-vous lire?