Comprimés ou perfusions en cas de carence en fer: que faire?

Comprimés à base de fer ou perfusion: que faire? Comprimés à base de fer ou perfusion: que faire?

Aujourd’hui, on diagnostique rapidement une carence en fer. Toutefois, un traitement n’est pas toujours nécessaire, et on n’a pas systématiquement besoin d’une perfusion. Voici de quoi y voir plus clair.

C’est incontestable, le fer a des fonctions essentielles dans l’organisme. Il est nécessaire dans tous les processus métaboliques, dans le transport de l’oxygène et dans la formation du sang. Selon des conclusions récentes, il joue aussi un rôle vital lors de l’échange d’informations entre les cellules nerveuses.

Il n’y a pas de valeur limite universellement reconnue concernant le taux normal de fer dans le sang. La ferritine, une protéine, constitue toutefois un bon point de repère, car elle indique le niveau des réserves de fer dans le corps. Si le taux de ferritine se situe en dessous de 15 nanogrammes par millilitre de sang (ng/ml), les réserves sont considérées comme épuisées. Important: pour obtenir un diagnostic fiable, la valeur de la protéine CRP doit également être mesurée. Cela permet d’exclure des infections et des inflammations aiguës, car ces dernières font augmenter le taux de ferritine.

Les règles comme cause de carence en fer

Les médecins font la différence entre deux stades de carence, indépendamment du degré de gravité: la carence en fer latente sans diminution des globules rouges (on désigne cette diminution par le terme «anémie») et la carence en fer avec diminution des globules rouges, appelée anémie ferriprive. En fonction de la sévérité de la carence et de sa durée, on constate les symptômes suivants: faiblesse musculaire, endurance réduite, manque de concentration, troubles de la mémoire, maux de tête ou sautes d’humeur. A cela s’ajoutent des ongles cassants, une chute des cheveux, une peau sèche, des gerçures aux coins des lèvres ou encore un manque d’appétit. La perte périodique de sang, comme les règles, est l’une des principales causes de la carence en fer. Des études européennes et américaines montrent que 15% à 20% des femmes réglées présentent une carence en fer sans anémie. Environ 3% souffrent d’anémie ferriprive.

Symptômes d’une carence en fer

  • Faiblesse musculaire
  • Manque d’endurance
  • Manque de concentration, mauvaise mémoire
  • Maux de tête
  • Sautes d’humeur
  • Ongles cassants, chute des cheveux, peau sèche, gerçures aux coins des lèvres
  • Manque d’appétit

Un traitement seulement en cas de troubles

Le principe est que les personnes souffrant d’anémie doivent se faire traiter, car leur taux d’hémoglobine est trop faible. D’après l’OMS, le taux normal d’hémoglobine est de 12g/dl de sang pour les femmes et de 13g/dl pour les hommes.

Chez une personne présentant une carence en fer, mais pas d’anémie, un traitement n’est judicieux qu’en présence de symptômes. En effet, une insuffisance en fer n’entraîne pas nécessairement des troubles.

Il y a tout de même une exception: des études ont montré qu’un traitement peut être bénéfique pour les femmes réglées souffrant de fatigue, même si elles souffrent juste d’une carence en fer, et non d’anémie. Cela ne s’applique toutefois que si le taux de ferritine est nettement en dessous de 15ng/ml.

La perfusion comme second choix

Les médecins du cabinet de groupe Medix recommandent de prescrire d’abord des comprimés. L’organisme supporte en effet mieux un apport en fer en petites quantités sur une longue période. Avec les perfusions, souvent prescrites de nos jours, il n’est pas rare que la carence soit compensée en une à deux séances, mais une dose élevée peut être toxique, voire entraîner un choc anaphylactique. Une perfusion est donc indiquée uniquement en cas d’intolérance ou d’aggravation de la carence en ferritine. Son dosage devra être modéré.

Par ailleurs, un traitement ne doit jamais être entrepris de son propre chef, mais doit toujours faire l’objet d’un contrôle médical. Les symptômes d’une carence en fer ne sont pas spécifiques et peuvent parfois cacher une autre cause. C’est pourquoi un diagnostic en laboratoire s’impose. De plus, le sang doit à nouveau être analysé après quelques semaines. Ce n’est que de cette manière que l’on peut déterminer si les réserves en fer sont à nouveau pleines.

Une alimentation riche en fer

Le besoin journalier en fer peut être couvert par l’alimentation. Ces aliments sont particulièrement riches en fer:

  • Viande rouge ou foie
  • Légumineuses comme les lentilles ou les fèves de soja
  • Noix et graines comme les pistaches ou les graines de tournesol
  • Légumes et herbes comme le cresson, le persil, les oignons.

L’acide ascorbique (vitamine C), les aliments fermentés comme la choucroute et les acides organiques (qu’on trouve dans les agrumes et les jus de fruits) améliorent l’assimilation du fer.

Cependant, en cas de carence en fer accompagnée de symptômes, il n’est pas possible de rétablir la situation uniquement par le biais de l’alimentation. En règle générale, des compléments sont nécessaires.

Les primes d’assurance-maladie 2021 en un coup d’oeil

Que voulez-vous lire?

Entre de bonnes mains avec la CSS

Changer d’alimentation
Apprenez à vous nourrir de manière variée, équilibrée et complète.
Vers l'offre
Compte «santé»
Nous vous aidons à rester en forme et participons aux conseils nutritionnels.
En savoir plus
Hypertension
Que faire? Nous répondons à vos questions et vous aidons avec des conseils gratuits.
S’inscrire maintenant