Que faire en cas de bal­lon­ne­ments? Causes et astuces

1361927177 1361927177

Les ballonnements sont pénibles et parfois douloureux. La plupart du temps, des méthodes simples per­met­tent de les réduire. Se nourrir de manière raisonnable en fait partie.

Ne pas retenir les gaz du corps

Jadis, il était de bon ton de ne pas retenir flatulences et rots après un repas copieux. Aujourd’hui par contre, ces bruits sont con­sidé­rés comme in­dé­cents, raison pour laquelle nous nous retenons. Nous avons tort, car ce qui sort ne peut plus nous gêner à l’intérieur.

Cause fréquente des ballonnements

Souvent, les ballonnements sont auto-infligés. Les règles de bien­sé­an­ce en sont une cause, ainsi que d’autres ha­bi­tu­des malsaines du quotidien comme le fait d’engloutir son repas à toute vitesse, de se servir des portions trop copieuses et de consommer en plus des aliments difficiles à digérer. Quelques chan­ge­ments de comportement aident à soulager le ventre.

Formation de gaz intestinaux

Le fait que des gaz intestinaux comme le dioxyde de carbone, le méthane ou l’hy­dro­gène sulfuré se forment est normal et naturel. Les bactéries des intestins décomposent chaque élément de notre nourriture que nous ne pouvons pas digérer, par exemple les fibres. Cela provoque la formation de gaz, dont une partie s’échappe par la «porte de derrière».

Ballonnements

Lorsqu’une trop grande quantité doit être évacuée, les spécialistes parlent de ballonnements ou de flatulences. Il peut aussi s’agir de météorisme lorsque le ventre est gonflé et qu’il émet des gar­gouill­is. Ces symptômes peuvent forte­ment nuire à la qualité de vie, surtout lorsqu’ils réapparaissent pratiquement après tous les repas.

Aides contre les ballonnements

  • Ajouter des graines d’anis, de fenouil ou de cumin à la nour­ri­tu­re ou les utiliser pour faire de la tisane (p. ex. tisane de fenouil). Le gingembre, la cannelle, la menthe poivrée ou la camomille ont aussi un effet apaisant.
  • Eviter les aliments qui favorisent les ballonnements, comme les alli­acées, le chou, les légumineuses, les fruits à noyau et les produits contenant des édulcorants.
  • A la place, consommer des aliments digestes, comme le riz blanc, les pommes de terre pelées, les ba­na­nes, les courgettes et les carottes cuites.
  • Consommer les plats gras avec modération.
  • Manger régulièrement, prendre le temps de bien mâcher.
  • Eviter les boissons qui contiennent beaucoup de gaz carbonique.
  • Après le repas, faire une petite promenade digestive.
  • En cas de douleurs: poser une bouillotte sur son ventre ou préparer une compresse chaude.
  • Masser le ventre en effectuant des mouvements circulaires dans le sens des aiguilles d’une montre. Ce qui marche pour les bébés fait aussi du bien aux adultes.

Des intolérances peuvent aussi être la cause

Il peut aussi s’agir d’un dys­fonc­tion­ne­ment comme le syndrome du côlon irritable. Des intolérances au gluten (maladie cœliaque) ou à certains com­po­sés du sucre comme le fructose ou le sorbitol (intolérance au fructose) peuvent aussi se cacher là-derrière. Ces éléments se retrouvent alors non digérés dans le gros intestin, où ils sont fer­men­tés par des bactéries. Chez certaines personnes, cela peut provoquer des crampes, une sensation de bal­lon­ne­ment et un surplus de gaz intestinaux. Le nouveau concept Fodmap peut aider les personnes concernées. Des nutri­ti­on­nis­tes identifient les déclencheurs des ballonnements et proposent des aliments plus digestes.

Par ailleurs, au cours de la vie, la capacité digestive a souvent tendance à baisser. Par exemple, l’organisme produit en moindre quantité l’enzyme res­pon­sa­ble de la digestion du lactose. Un test respiratoire permet de déterminer si on souffre d’une intolérance au lactose. Le cas échéant, il est souvent utile de renoncer au lait et de ne consommer plus que des produits à base de lait plus digestes, comme le yogourt ou le fromage.

Quand faut-il se rendre chez le médecin?

En principe, si les ballonnements sont fréquents et de plus en plus gênants, il vaut la peine de consulter un spécialiste. Des causes organiques comme une inflammation chronique du pancréas sont certes rares, mais des douleurs, des diarrhées, du sang dans les selles ou un manque d’appétit doivent alerter.

Que voulez-vous lire?

Entre de bonnes mains avec la CSS

Analyser les symptômes
Recevoir une recommandation, prendre un rendez-vous médical, etc.
Découvrir l’appli Well
Coach de santé
Faites-vous conseiller personnellement sur des thèmes relatifs à la santé.
Découvrir le service
Second avis médical
Demandez un deuxième avis gratuit, simple et rapide.
Simple que cela