Kind beim Impfen

Vaccination

Grippe, rougeole, coqueluche: la vaccination active les défenses naturelles de l’organisme. Protégez-vous et les autres contre les maladies graves et sauvez des vies.

Plan de vaccination suisse

La vaccination permet de mettre en contact un corps en bonne santé avec des agents pathogènes affaiblis. Ainsi, le système immunitaire peut développer des défenses sans que la maladie ne se déclare.

Chaque année, l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et la Commission fédé­rale pour les vaccinations (CFV) publient le plan de vaccination suisse. Il répertorie toutes les vaccinations recommandées. La plupart d’entre elles sont remboursées par votre assurance de base.

Si vous avez des questions sur les différents vaccins, adressez-vous à votre médecin.

Vaccination contre la grippe

En hiver, la grippe sévit en Suisse. Elle peut avoir des conséquences graves, notamment pour les personnes âgées ou souffrant de maladies chroniques, pour les femmes enceintes et pour les nourrissons. Si vous ou l’un de vos proches faites partie de l’un de ces groupes à risque, nous vous recommandons de vous faire vacciner contre la grippe.

Vaccination en cas de voyage à l’étranger

Entre quatre et six semaines avant votre départ, renseignez-vous en pharmacie ou chez votre médecin sur les vaccinations éventuelles. Si vous disposez de l’assurance ambulatoire myFlex, nous participons aux coûts.

La CSS paie-t-elle mon vaccin?

Oui, nous participons aux coûts de la vaccination. Déduction faite de la quote-part et de la franchise, l’assurance de base prend en charge les coûts des vaccinations recommandées en Suisse.

Vaccinations prises en charge par l’assurance de base

  • Rougeole, oreillons et rubéole
  • Varicelle
  • Diphtérie tous les 10 ans
  • Tétanos lors de blessures
  • Coqueluche
  • Méningite (Haemophilus influenzae type B)
  • Paralysie infantile (poliomyélite)
  • Pneumocoques
  • Hépatite B pour les enfants
  • Hépatite A chez des groupes à risque spécifiques
  • Vaccination contre la grippe pour les personnes de plus de 65 ans et les personnes à risque accru de complications.
  • Cancer du col de l’utérus (papillomavirus humains) chez les filles et les jeunes femmes âgées de 11 à 19 ans dans le cadre d’un programme de vaccination cantonal.
  • Zona pour les groupes à risque à partir de 18 ans.

Vaccinations remboursées par l’assurance complémentaire

Si vous souhaitez vous faire vacciner avant un voyage, p. ex. contre la fièvre jaune, le typhus, la rage, l’encéphalite japonaise ou l’hépatite A et B, une partie des coûts est généralement prise en charge par l’assurance complémentaire.

Types de vaccins

Vaccins vivants atténués

Avec ces vaccins, le système immunitaire fabrique lui-même des anticorps. La vaccination par un vaccin vivant donne lieu à l’administration d’un agent pathogène vivant mais atténué. Cette vaccination est très efficace, mais le taux de complications est plus élevé.

Vaccins inactivés

Un vaccin contenant un fragment de l’agent infectieux ou l’agent infectieux mort peut également être administré. L’effet est légèrement moins efficace, et plusieurs doses ou des rappels sont nécessaires, mais le vaccin est mieux toléré.

Vaccins à ARN messager

La vaccination par ARN messager consiste à injecter directement une réplique d’un fragment du matériel génétique du virus. Le corps produit ensuite lui-même les antigènes pour engendrer une réponse immunitaire. Cette vaccination est très efficace.

Réaction vaccinale

Dans la plupart des cas, la vaccination est bien tolérée. Cependant, l’activation souhaitée du système immunitaire peut, dans certains cas, entraîner les troubles suivants:

Réaction vaccinale

  • Dans les 72 heures après la vaccination
  • Rougeur, gonflement et douleur au point d’injection
  • Fièvre < 39.5°C
  • Sensation de mal-être (p. ex. maux de tête, fatigue, nausées, etc.)

Maladie vaccinale

  • 1 à 4 semaines après la vaccination
  • Uniquement avec les vaccins vivants (agents pathogènes vivants atténués)
  • Forme atténuée de la maladie pour laquelle on a reçu le vaccin (p. ex. légère éruption cutanée après une vaccination contre la rougeole)

Complication vaccinale

  • Lorsque la vaccination a mal été effectuée (p. ex. injection dans le tissu adipeux au lieu du muscle, ce qui peut provoquer une inflammation)
  • Réaction allergique aux composants du vaccin (surtout protéines aviaires)

Dommages vaccinaux

  • Très rares; le lien avec la vaccination n’est pas clairement défini
  • P. ex. syndrome de Guillain-Barré (symptômes de paralysie temporaires)